5. janv., 2021

Féeries

De doux parfums
Embaumaient l’atmosphère.
Il baisait mes mains
Enrubannées d’œillets d’or.
Telle une fleur japonaise,
Mon cœur s’ouvrit à lui.
De doux parfums
Embaumaient l’atmosphère.

Les branches d’un arbre
S’abaissaient vers les pentes
Fleuries, m’enlaçaient,
Me soulevaient de la terre
Quand je sentis la pulpe
De ses lèvres sur mon sein
Et vis le monde
Se changer en bouquet.

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "Séraphine"