27. sept., 2017

IDYLLE

J’ai une idylle
Avec un homme
Qui porte le nom d’une étoile.

Dans ce parc qui n’est plus le lieu
De rendez-vous des amoureux,
Comme l’astre maudit,
Il compte les nuits
Et les rares oiseaux
Qui voltigent autour du kiosque.

Le bronze aux masculins
Contours supplie les vents
De lui apporter celle
Qui lui lira volontiers
Ses vers chaque minuit
Et c’est moi, un jour,
Que les vents ont choisie!

J’étais assise sur le banc de la brume,
Quand par la volée des pétales
Héliotropes de sept fleurs,
J’atterris soudain
Auprès de mon double.

J’ai une idylle
Avec un homme
Qui porte le nom d’une étoile.

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "Ballades d'une nuit musicienne"