8. janv., 2021

Le rêve de l'ondine

C’était aux confins d’une sphère sans âge que je lui avais donné rendez-vous.

Des lambeaux de brume descendaient en volutes sur la croupe de la colline.

L’obsidienne de la nuit brillait de mille feux quand il m’attira sous le charme. Comme l’odeur des daturas, son haleine fiévreuse glissait sur ma peau pendant que le vent me berçait de son tendre requiem.

Texte © Sélène Wolfgang