21. sept., 2017

LA DANSE DE SALOMÉ

Les soies clandestines
Mordorent l’air,
Bruissent sous le vent.

Comme la fragile flamme,
L’aventurine étincèle
Sur son front, fatal
Est son regard, sa bouche
Est pleine de prodiges.

Elle a le sourire
Magnétisant des nécromanciennes.

Demi-nue, elle danse,
Elle danse, l’ensorceleuse!
Les grelots qui enluminent ses reins
Tintent de plus en plus fort!

La queue d’un python
S’engouffre dans le sable
Ivre des parfums
Du soir livide.

Demi-nue, elle danse,
Elle danse, l’ensorceleuse!
Puis saisie d’un vertige,
Entre deux griffons
De bronze, s’évanouit.

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "L'allumeuse de réverbères"