16. sept., 2017

JE ME RÉVEILLERAI À L'AUBE...

Je me réveillerai à l’aube de ton corps pour prendre ton cœur, puis descendrai comme un deuil sous la houle de tes draps. Dans le vieil alambic, bout l’amour, celui-là qui endort les maux ! Je veux ton sang pour élixir, mourir sous l’alchimiste caresse, sentir une dernière fois la fièvre de tes baisers et l’odyssée tiède entre tes bras.

Texte © Sélène Wolfgang

Extrait de "L'Anaphrodita"