28. juil., 2021

Prélude

"Chaque soir de printemps,
Une cueilleuse d’étoiles
Confie son secret
À l’aster et au vent.
Dans la moire, elle se mire.
Une phalène de jade
Effleure sa joue.
En ôtant son corsage
De givre, la folle
Ivraie la respire.
On la croirait
Couronnée de nuages
Et du lapis de la pluie
Lorsqu'elle rêve
Qu'une myriade de baisers
Émousse son chagrin.
"

Sélène Wolfgang