12. janv., 2021

La fée aux griffons

Les rayons du soleil,
De leurs ors, habillent
De mystère l’arbre
Aux abeilles et le marbre
Taciturne auquel
Est liée,
Pour l’éternité, celle
Dont les pervenches et les véroniques
Envient la beauté.

Des griffons se disputent
Le premier lys
Qui a éclos
Sur son sein de vierge.

Elle est nue sous
Le tapis de fleurs.

Sa frange de nuages
Cache ses yeux,
Deux astres
Bleus qui, tantôt,
Brillaient dans la pénombre.

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "La Muse à la lyre"