8. janv., 2021

Le miroir aux fées

Les gentianes ont perdu
Leur éclat d’antan.
Au narcisse, la libellule
Fait ses aveux.
Le lac céruléen
Gronde sous les tilleuls.

Dans le Miroir aux Fées,
J’ai jeté les fragments de porphyre
Sur lesquels j’avais
Gravé quelques runes.

Au sacre des aurores,
Tout le val est endeuillé,
Au sacre des aurores,
Tout le val est par l’abîme hanté.

L’essor d’un oiseau psychopompe
Ombrage l’infini,
Macabre est la cantilène
Du vent du nord qui se déchaîne.

Dans le Miroir aux Fées,
J’ai jeté ce jonc
Que tu m’avais donné
Sous les tilleuls enneigés.

Au sacre des aurores,
Tout le val est endeuillé,
Au sacre des aurores,
Tout le val est par l’abîme hanté.

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "La chevaucheuse de lune"