19. déc., 2020

Naissance du jour

Parmi les ruines, tirelirent
Les gardiennes des peupliers.

Leurs âmes en fleurs
Se ferment et gardent
Leurs dangereux parfums
Lorsqu’au crépuscule,
Se posent des hiboux
Sur leurs épaules nues.

Sous des torrents d’étoiles,
Leurs écorces flamboient.

Enracinées à ma mélancolie,
Les dormeuses, autrefois,
Filles de Neptune
Retrouvent en l’eau de mes larmes,
Leurs féeries disparues!
Elles livrent alors
Les lumières du couchant
Aux inconnus, à ces oiseaux
Qui ne savent plus voler,
Puis offrent leurs baisers
Aux anges de la nuit
Et de ces amours singulières,
Naît le jour!

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "Chrysis"