Poèmes

16. janv., 2021

Illustration © Sandra Aitmehdi
www.coversand.fr

15. janv., 2021

Je me réveillerai à l’aube de ton corps pour prendre ton cœur, puis descendrai comme un deuil sous la houle de tes draps. Dans le vieil alambic, bout l’amour, celui-là qui endort les maux ! Je veux ton sang pour élixir, mourir sous l’alchimiste caresse, sentir une dernière fois la fièvre de tes baisers et l’odyssée tiède entre tes bras.

Texte © Sélène Wolfgang

Extrait de "Cendres et porcelaine"
14. janv., 2021

La Princesse des Succubes dort dans la chambre d’un palais ambulant fait des brumes de l’hiver. Elle porte sur sa tête la carcasse d’une corneille. Des osselets sertis de rouges pierreries incendient ses poignets. Il est minuit. Le vent bourdonne de plus en plus fort et entraîne avec lui celle en qui j’ai cherché les trésors de Sodome et de Gomorrhe.

Texte © Sélène Wolfgang

Extrait de "Cendres et porcelaine"
13. janv., 2021

J’ai en horreur l’épine
Elle me rappelle ces ruines
Au fin fond de mon cœur

Sur les rocailles, coule
Le sang des roses

Vite
Descends
Descends
Dans les oubliettes du château
L’œuvre de ma psyché
Vite
Descends
Descends
Je te donne la clé

Je veux que tu voies
Ces cadavres de femmes
Et même si l’odeur
Du charnier te révulse
Reste un instant

Ces cadavres sont
Mes rêves étranglés
Mes désirs bafoués
Mon innocence, mes baisers volés
Ma beauté humiliée
Mes espoirs, longtemps, étouffés
Mais pas encore morts

Sur les rocailles, coule
Le sang des roses

J’ai en horreur l’épine
Elle me rappelle ces ruines
Au fin fond de mon cœur

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "Cendres et porcelaine"
12. janv., 2021

Guidée par la mélodie d'un violon, je suis allée par-delà la montagne. J'ai vu les muses se balancer au-dessus de l'eau, les biches et leurs faons fouler les pétales des fleurs de grands magnoliers. J'ai entendu le sage, le plus vieux de tous les arbres me chuchoter: "La poésie jaillit des entrailles de la nuit. Ne maudis pas ce cœur d'enfant dans lequel, toujours, dansera l'étoile!"

Texte © Sélène Wolfgang

Extrait de "Cendres et porcelaine"