Poèmes

28. juil., 2021

"Chaque soir de printemps,
Une cueilleuse d’étoiles
Confie son secret
À l’aster et au vent.
"

Sélène Wolfgang
27. juil., 2021

Photo © Marko Liver Photography

26. juil., 2021

Dans un champ d’étoiles,
Je me suis endormie
En écoutant des fleurs.
Les coquelicots ont tâché
Mon sein nu.
Je suis née de la pluie.
Par le parfum de la brise,
Je me laisse étourdir
En écoutant des fleurs.
Tes vers me traversent,
Le poème se fait chair.
Sous un saule pleureur,
À l’orée d’un bois,
J’imagine ta voix,
Ton souffle brûlant
Au creux de mon cou,
Notre premier baiser
En écoutant des fleurs.
Tu me diras ces mots
Que je n’ai jamais entendu.
Je verrai mourir les nuits,
Je cesserai de m’abîmer.
Je verrai naître les jours,
Nous rallumerons les flambeaux
En écoutant des fleurs.

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "En écoutant des fleurs"
25. juil., 2021

En écoutant des fleurs
Dans le jardin d’eau,
Je pense à toi.
Ici, tout me sourit,
Rien ne m’afflige
Ni ne me désole.
Avant de disparaître
Sous le pont d’argent,
Un paon blanc
M’a prêté une de ses plumes.
Je t’écris une lettre
En écoutant des fleurs
Et le chant des cascades.
Je prie Aphrodité
Pour que l’amour fleurisse
Dans nos sangs mêlés.
En regardant le soleil
S’enfuir sous
Les nuages en filigrane,
Je prie Aphrodité
Dont le trône luit
Dans l’atrium du ciel.

Poème © Sélène Wolfgang

Extrait de "En écoutant des fleurs"
24. juil., 2021

Autour de la chevelure de la promeneuse que j’avais croisée lors d’un inquiétant soir, un papillon voltigeait.
Quand la malicieuse jeune fille tenta de percer à l’aide d’une aiguille le cœur de l’insecte à peine sorti de sa chrysalide, une hirondelle agrippa son collier de perles qui en se brisant devint cette rosée que répand le vent chaque matin d’avril sur la feuillée.
La jeune fille dépossédée de ce qu’elle avait pris à la nature, courut vers la clairière et disparut dans la poussière astrale qui tombait d’un infini, maintenant, sans lune et sans étoiles.

Texte © Sélène Wolfgang

Extrait de "En écoutant des fleurs"